Dan Snaith aka Caribou, Daphni ou Manitoba (comme vous le souhaitez) aura marqué les esprits de son prodigieux Swim sorti en 2010 où il n’aura cessé de toucher les sommets de l’electronica. Entre temps le canadien n’aura pas non plus chômé : un side-project focalisé la musique de club, une tournée dantesque et la création de son propre label Jiaolong qui aura produit d’autres pointures (Four Tet, Owen Palett etc).

Le voici donc de retour en 2014 avec ce qu’on pourrait qualifier d’album le plus attendu de l’année sans parler des Kanye West, Outkast et autres Radiohead. Un nouvel effort, le sixième pour l’ancien professeur de maths, dont nous avons eu le plus grand plaisir à chroniquer.

[divider]

L’avis de Joss : Plus qu’un simple album qui nous plait bien, Our Love est un bijou.

Avant de commencer à débroussailler le fantasmagorique paysage Caribou, je tiens à préciser que j’étais quelque peu septique sur cette première écoute. En cause de nombreuses critiques de groupies « déçues ». Et bien -coeur coeur- je ne fais absolument pas partie de ces personnes là.

caribou2

Rohhh, Hummm…

Voilà les onomatopées et soupirs de toutes les créatures se pâmant d’amour pour un ou plusieurs animaux. Voilà aussi les gémissements qui nous viennent à l’esprit lorsqu’on observe cette photographie.

Caribou nous offre donc ici un quatrième album sur les vicissitudes de l’amour (après l’expérience musicale de 2012 sous le nom de Daphni), et vous le comprendrez bien assez tôt en écoutant les premières paroles de l’album.

Our Love s’ouvre donc sur le brillant premier single sorti cet été, Can’t Do Without You.

Dès les premières secondes, Can’t Do Without You nous entraîne dans un tourbillon de couleurs. Dans ce tourbillon il y a du bleu mélancolique, du jaune pétillant, du rouge véloce, et ce mélange donne déjà envie de réécouter en boucle le morceau à peine terminé.

Deuxième morceau… Quelle claque. Silver s’inscrit encore dans un nouveau registre à tendance pop-électro-soul, teintée d’une voix androgyne des plus sensuelles (la sienne !!). La suite de l’album est parfaitement maîtrisée. Caribou passe d’un complexe sonore à un autre, magicien des samples et des rythmes, jonglant avec nos émotions.

Evidemment on est loin des premiers pas magiques de Snaith sur Andorra (2007), mais un artiste a besoin d’évoluer vers de nouvelles contrées.

Et pour revenir aux fameux fans déchus, c’est peut-être de l’expérimentation qui manque à ce disque en effet, mais ce n’est définitivement pas le talent parce que tout y est parfaitement calculé.

Cet album de Caribou c’est un billet d’avion, une occasion d’aller voir ailleurs et de constater qu’on préfère le monde qu’il nous propose à celui dans lequel on vit.

 [divider]

L’avis de Corentin : Our Love, preuve que simplicité et polyvalence font bon ménage.

Longue fut l’attente après un Swim qui aura changé personnellement ma vision de la musique électronique,  la rendant plus accessible pour quelqu’un venant d’une sphère musicale différente.

Le single de Can’t Do Without You sorti quelques semaines avant Our Love avait déjà confirmé le chemin vers une approche de la musique plus simpliste pris par le Canadien. Mais ce n’est pas pour autant que l’album se tourne vers la facilité et la suffisance, loin de là. Entrée en matière véritablement chaleureuse et dansante ce morceau nous fait déjà aimer cet album. Que dire des morceaux qui suivront.

Silver, ballade downtempo est une pure prouesse tandis qu’Our Love (taillé pour les clubs) nous donne sérieusement envie de danser. Plus loin on retrouve cette ambivalence constante entre titres plus calmes mais savamment amenés et petits produits de précision à jouer pour les dancefloors. En attestera le morceau qui achève ce brillant travail, Your Love Will Set You Free dernière jouissance tirant hommage à l’amour.

Caribou nous aura une nouvelle fois bluffé par sa capacité à rendre un album pas forcément cohérent dans son ensemble, facile d’accès tout en restant à la pointe de son époque.

Rédigé par

Marianne Josselin

Responsable Pôle Programmation // Référente Dead Pixel