Carnet de voyage : Un week-end à Berlin

In Dynam'Hit News, Dynam'hit-à-brac, Mix Factory by Théophile Coffin0 Comments

Berlin est une ville qui ne dort jamais que ce soit pour ses activités culturelles ou pour sa vie nocturne, il y a toujours quelque chose de différent à faire. J’ai eu la chance d’y retourner quelques jours début décembre. Je vous propose un carnet de voyage de mon week-end.

Mon séjour commence vendredi après-midi dans l’un des vinyles shop les plus connus de Berlin : le Spacehall. L’endroit est juste énorme, chaque rayon pourrait être le stock d’un magasin de vinyle « classique ». Le magasin est à la fois sombre et très bien éclairé ce qui donne une ambiance cosy. Les enceintes délivrent une douce mélodie de micro-house et l’ambiance y est plutôt calme. Je viens dans l’optique d’y trouver 1 ou 2 vinyles, pas plus. Je me rends compte que cet objectif va être compliqué à réaliser lorsque je me rends dans la partie du Spacehall qui m’intéresse le plus : le rayon house ! Je parviens tout de même à repartir avec seulement 3 vinyles. J’y découvre notamment un classique de Chicago réalisé sous le label House Jam Records.

Le soir je décide d’aller au Griessmühle pour la Input Selector. C’est un club qui est situé à Neukölln dans l’Est de Berlin. Il y a deux salles dans ce lieu, une grande dans laquelle Sterac joue de la techno industrielle. Et dans l’autre salle, le Silo, Hubble qui y joue de la minimale et de la micro house assez douce. Ce set me permet de me mettre doucement dans la soirée. Après avoir bu quelques bières et Club Mate je retourne dans le Silo, le DJ pour qui je suis venu commence à jouer à ce moment. Gabriel, un Nantais installé à Berlin depuis quelques années est notamment l’un des créateurs du label Vøiceless. Il débute très fort et accélère le rythme. Dès les premières tracks je sens qu’il va imposer un bpm bien plus élevé que le DJ précédent. Je découvre là un set unique, que je n’ai jamais vu auparavant : au début de la minimale mais extrêmement rapide, la vitesse devait être à 130BPM. La suite est un enchainement d’électro, de sons rave, d’IDM et de tech-house très rapide et très puissant. En regardant autour de moi je me rend compte que le Silo se rempli vraiment et à ce moment là et une atmosphère particulière se créée. Le public entre en osmose avec Gabriel et il n’aura pas fallu longtemps avant que la mayonnaise prenne. Ce mix est un mélange de mélancolie, et de pur bonheur ! C’est sûrement pour cela que ce set a un aspect à la fois clair et sombre. Amateur de house, je ne pensais pas qu’il était possible que je puisse danser autant sur un autre style de musique, Gabriel m’a montré que ça l’était. La fin de ce set est vraiment groovie, un peu plus tourné vers la house. La dernière track qu’il passe a raison de mes jambes, je commence à ressentir des courbatures mais je reste là à danser, ce final est vraiment trop beau ! Pendant 3 heures Gabriel m’aura fait voyager et c’est exactement ce que l’on demande à un DJ : qu’il nous raconte une histoire à travers son mix, et c’est exactement ce qu’il s’est passé ! Il fait partie de ces DJs qui mériteraient d’être plus connus. Je pars du Griessmühle à la fin de ce set le sourire aux lèvres. Le soleil commence à se lever sur Berlin et il est temps d’aller me coucher.

Je vous propose de découvrir un de ses mix réalisé pour Input Selector

Ce week-end s’achève au Berghain dimanche, j’y vais aux alentours de 10h. Je me rends directement dans le Berghain pour voir la salle. Les enceintes sont des Funktion-One ce qui rend le système son puissant et parfait. La salle est pleine, c’est l’endroit idéal pour y terminer mon week-end ! Après avoir attrapé un Mate, je monte au Panorama Bar pour voir qui y joue. Mano le Tough est sur la fin de son set qui n’a pas l’air incroyable. Il joue de la tech house d’Ibiza, ce qui ne me convainc pas de rester. Heureusement Boris commence tout juste au Berghain et c’est devant lui que je vais vivre la deuxième claque sonore de mon voyage. Il a réalisé un set techno de très haut niveau, mélangeant tout type de techno. J’ai surtout aimé sa prestation par la finesse de son set. Il a joué notamment Barah sortie sous le label Amotik il y a quelques mois. Le jeu de lumières assorti à cette track plonge le Berghain dans une ambiance chaude et unique. Une énergie particulière se dégage et je comprends à ce moment là pourquoi ce lieu est si mythique. Pendant près de 4h Boris dit la messe dans le temple de la techno. Complètement épuisé à la suite de ce set, je décide de finir ma journée sur la mezzanine du Panorama Bar où Secretsundaze joue une deep house assez entraînante. Il est temps de rentrer tranquillement en fin de journée. Berlin est une de ses villes qui permet de faire quelque chose de son dimanche !

Mon voyage se termine sur cette bonne note et j’attends avec impatience de pouvoir y retourner très vite !

Laisser un commentaire