Dans la playlist de… wILL tHE bLUE gRIOT

In Interviews by Julie Greem0 Comments

Certains projets marseillais font partie de la famille Dynam’hit : Vinyle On Mars bien sûr, mais aussi Sounds of Marseille ou encore l’éco-festival Etang d’Arts. Cette année, ce dernier se déroule les 8 et 9 Juin dans le Parc de la Mirabelle, dans le 12ème arrondissement. Comme tous les ans, de multiples disciplines artistiques sont représentées : danse africaine, indienne, samba, théâtre, hip hop, cirque ou encore cinéma… Ce qui nous intéresse tout particulièrement à Dynam’hit, c’est bien sûr la musique. Nous avons donc décidé d’explorer la playlist des artistes qui monteront sur scène le Samedi 8 Juin au soir afin de donner un avant goût de la soirée musicale et éclectique que nous ont préparé les organisateurs du festival.

Voici donc tout d’abord wILL tHE bLUE gRIOT, qui jouera avec ses musiciens en troisième partie de soirée. Ce musicien ambulant, ce poète nomade (que l’on appelle aussi griot en Afrique) compose une musique soul, pop et jazzy dont l’âme nous a touchée d’emblée.

Voici une petite vidéo bien plus explicite que des mots pour vous présenter le personnage :

Dh : Quelles sont tes influences ? Quelle a été ta première claque musicale ?

Will : J’ai été influencé très jeune par les disques vinyles que mon père ramenait à la maison. J’aimais les chanteurs dont la voix chante et « raconte » les chansons : Otis, Marley et bien d’autres…et aussi je me souviens de la sortie de l’album Thriller de Michael Jackson et des posters accrochés dans ma chambre; un en particulier, tiré du clip ‘Thriller’ et qui me faisait flipper quand je partais me coucher. J’ai beaucoup d’autres influences, tout au long de mon parcours musical, des découvertes, beaucoup de musique pour guitare classique (que j’enseigne en tant que professeur), du rock, lourd même très lourd, sombre parfois, de Manson à Deftones, en passant par les Red Hot …bref la liste serait trop longue. J’ai des influences dans le groove bien sûr, et j’ai aussi énormément écouté de jazz à une époque. Bref, je suis un boulimique de musique, je fais de l’ethnomusicologie à mes heures perdues, j’aime connaître les histoires qui se cachent derrière les artistes et leurs notes… Pour ce qui est de mes claques musicales, vu qu’il y en a eu énormément, je vais parler d’une de mes plus beaux moments musicaux : Le live de Skunk Anansie au Moulin. Simplement énorme ! La présence, le public, le son, l’ambiance…j’aimerai me téléreporter pour pouvoir revivre ce moment…

Dh : Peux-tu nous parler de ta musique ?

J’essaie dans ma musique et mes compositions, à l’heure actuelle en tout cas, de faire en sorte que les gens me rencontrent et que je puisse aller à leur rencontre, tout en restant au plus proche de moi-même. C’est une sorte de mise à nu (heureusement que j’ai ma guitare pour cacher ce qu’il reste…) en fait, et faire la synthèse de toutes ces influences et de cet amour pour la musique n’est pas quelque chose de facile… J’ai parfois envie d’aller dans plein de directions différentes. Parfois j’ai envie de faire du bon vieux rock, une instru électro, ou encore du hiphop….voilà pourquoi j’adore travailler avec pleins d’artistes différents (Loustic, The Calamity Sistres, Kams…). Le plus dur c’est d’être cohérent et que les gens ne se perdent pas dans tout ça…eh oui, ils ne sont pas dans ma tête…

Dh : Quel morceau choisirais tu pour partir en road trip en Albanie? Pourquoi?

W : Pour un Road Trip en Albanie, sans y réfléchir, je dirais With My Own Two Hands de Ben Harper…j’me dis qu’avec ce bon vieux riff au début du morceau, je ne serai pas lassé de mettre Repeat à chaque fois et les paroles sont tellement positives qu’elles me feraient kiffer ce petit road trip, même sans savoir où je vais atterrir…

Dh : Quels sont tes projets ?

W : Un nouvel EP pour la rentrée (bientôt en Mastering) et une mini-tournée pour tester les nouveaux morceaux qui seront sur l’album qui suivra l’EP. Des voyages aussi, j’ai besoin de voir du pays : en France, à l’étranger, Angleterre, Madagascar pour mes racines… bref comme un griot j’aime raconter mes histoires et mes rencontres, celles que je fais dans ma tête mais aussi en partant voir le monde.

Dh : Quel morceau mettrais-tu à ton enterrement ? Pourquoi?

W : J’aime bien cette question, ça me rappelle à une époque on faisait des compiles avec un pote, des compile thématiques. Forcément, il y en avait une ‘My Funeral Mix’. C’est loin tout ça et à l’époque, j’étais branché Mogwai et j’écoutais leur album Comme On Die Young qui est assez post-rock expérimental. Question bien difficile… Aujourd’hui je mettrais peut-être un de mes morceaux qui s’appelle Free Yourself. Pourquoi? La réponse est dans le titre !

Merci à Will, on le retrouve bientôt à Etang d’Arts!

Laisser un commentaire