Sorti le 28 octobre chez Soundway Records, Wondem est un condensé d’influences est-africaines qui ravira les fans d’ethio-jazz, le tout composé et dirigé par le producteur et multi-instrumentiste californien Dexter Story.

Pointure dans le milieu rappelons-le, puisqu’il a travaillé dans le passé avec les labels Def Jam et BAD BOY Records et qu’il a aussi été le producteur de Snoop Dogg, Dexter Story nous fait désormais voyager en nous servant un album-corridor entre la musique est-africaine et sa musique, californienne.
L’idée lui est venue après avoir travaillé longuement aux côtés de l’ensemble ethio-jazz du trompettiste californien Todd Simon’s : Ethio Cali, ensemble émergent de la scène jazz de LA. Et on est obligé d’admettre qu’à cheval entre appropriation et emprunt des sonorités soudanaises, érythréennes, somaliennes et kenyanes, Story a su habilement marier les deux continents, sur un fond prédominant jazz-soul-funk. Synthétiseurs, guitares électriques psychés et cuivres viennent donc se mêler aux rythmiques tribales et aux percussions soudanaises.
On trouve une bonne illustration de ce savant mélange dans le morceau Sidet Eskemeche, chanté par le vocaliste Yared Teshale en langue amharique (langue non-officielle dérivée de l’arabe et parlée par une majorité de la population éthiopienne) sur des percussions afro inspirées de la musique traditionnelle de l’Oromia, en Ethiopie, le tout ponctué par des airs de cuivres presque nonchalants, qui rendent l’ensemble déroutant, psychédélique.

Sur Eastern Prayer, sûrement le morceau qui m’a le plus dépaysé dans cet album, vous entendrez des percussions aux rythmes tribaux et dansants mais subsumées par les chœurs de la californienne Nia Andrews. Le tout accompagné par les effets aquatiques d’un synthé, de quoi vous perdre dans l’inconnu réconfortant que génère la rencontre de cette multitude d’univers et de codes qui d’une part qui vous sont totalement étrangers, et d’autre part vous sont familiers tant la Californie a exporté son langage musical.

L’album se conclut en douceur sur un duo piano/flûte traversière de Mark de Clive-Lowe (lui aussi musicien, compositeur et producteur multi-instrumentiste ayant travaillé avec de grands noms comme Lauryn Hill) et Randall Fisher, qui vient ponctuer la track Yene Konjo, équilibre insolite entre la Wello music éthiopienne et le R&B de Dexter Story.