Interview – Fakear

In Interviews by Gaya Gao0 Comments

Depuis quelque temps, on entend beaucoup parler d’un artiste signé chez Nowadays RecordsFakear, qui prend son nom de scène de « Fake Ear » (« fausse oreille » en anglais), mais ne vous inquiétez pas : Fakear fait une musique de qualité. Lors de son passage à l’Antirouille à Montpellier, Théo nous a accordé quelques minutes pour que nous puissions découvrir un peu plus cet artiste, amoureux de la MPC. 

[divider]

-Salut Théo, présente-toi en deux mots :

Je m’appelle Théo Le Vigoureux, je suis caennais et j’ai 21 ans.

-Ca s’est passé assez vite depuis que tu as remporté le tremplin AÖC Normandie, non ?

Plutôt oui, depuis ma rencontre avec Jean-Louis Brossard, directeur artistique des Transmusicales, tout s’est accéléré. Pendant les Trans, je pense avoir réussi ma mission, c’était vraiment chouette et fou mais cela n’était pas du tout prévu. Je n’avais vraiment rien calculé pour ça et vraiment… ce qui m’arrive, ça tue (rires).

-Quelles sont tes influences ?

Principalement la world music, le rock progressif (Pink Floyd), ça c’est dû à mon adolescence et les différents groupes dans lesquels j’ai joué. En ce qui concerne des artistes de la scène actuelle, j’apprécie énormément Bonobo, Flume, ou encore Rone.

-Et tu utilises beaucoup de samples. Une préférence ?

Je pioche vraiment mes samples dans la musique traditionnelle de tous les pays, que cela soit d’extrême, moyen, ou proche-orient, d’Afrique… Pour mon morceau Damas par exemple, ce sont des samples syriens exclusivement.

-Qu’est-ce que tu ressens quand tu te produis sur scène ?

Je m’oublie complètement quand je joue. Je me sens monter et je sens surtout une relation qui s’installe au fur et à mesure avec le public. Tu commences à sentir les choses que tu peux faire et celles que tu ne peux pas te permettre. Au bout de trois heures, tu as l’impression de connaître les gens et de savoir ce qu’ils vont ressentir. C’est un peu comme avec une personne finalement, sauf que c’est plus simple qu’avec une vraie personne. C’est un peu bizarre et surnaturel, je sais !

-Tu as un son du moment, à découvrir absolument ?

Oui, ça serait Touched de What So Not.

-Aura-t-on le plaisir de te voir jouer sur Marseille ?

Oui, c’est prévu, vers mars. Marseillais, restez aux aguets !

 

Cette interview est maintenant terminée, merci à Fakear pour cet entretien.

Laisser un commentaire