Les hymnes de campagne

In Dynam'hit-à-brac by Chloé Estrany-Kolli0 Comments

L’information est tombée ce week-end : ils seront 11 candidats à participer au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, soit un candidat de moins qu’en 2012. Ce soir, à 21h sur TF1 aura lieu le premier débat de la campagne présidentiel.

Entre scandales et faux semblants, les français semblent indécis. Vous me direz, pourquoi parler de ce type de problèmes sur le Webzine de Dynam’hit Webradio ?  Responsable de « la Midinale » (émission politique diffusée tous les vendredi midi avec l’intervention de nos collègues de Clepsydre) je considère qu’il est important de parler des hymnes choisis par les candidats. Ces hymnes de campagne, parfois très américanisés ou kitchs, ont un seul but : galvaniser les foules et augmenter le nombre d’adhérents.

Suivant le candidat, et le ou les messages qu’il souhaite faire passer, nous avons eu le droit à plusieurs pépites (souvent des sons bien kitsch) durant c’est 20 dernières années.

  • Le FN 
  1. Marine Le Pen – 2012 et 2017 : Ses deux dernières campagnes ont été rythmées par son hymne : « L’Odyssée ». Cette odyssée s’inscrit dans un esprit de conquête, sans faille avec ses 1,13 minutes de tambours et cuivres.

  2. Jean Marie Lepen – 2007 : Surement, de mon point de vue, le plus kitsch (et le plus raciste) de tout le répertoire. C’est Isabella Imperatori, chanteuse malgache, qui emmena la foule zouker sur l’hymne : « Avec Jean-Marie ».

  • Les Républicains
  1. Certains candidats préfèrent passer par un ou plusieurs artistes qui peuvent leur composer une musique personnelle pour éviter tous les problèmes de droit d’auteur. C’était notamment le cas de Nicolas Sarkozy – 2012 pour cet hymne : « La France Forte ».  Le prix de cet « œuvre » fut estimée à près de 90.000€ par France 2.

  2. Jacques Chirac – 1981 : C’est en 1981 que Jacques Chirac, alors candidat à la présidence de la république française, choisit cet hymne. Vieillissant mal, car il représente parfaitement les sonorités des années 80, son côté sincère (avec cette envie de « liberté ») l’emporte et vous offrira votre moment vintage de la journée   : « Maintenant président ».

  • Le PS
  1. Manuel Valls – 2017 : Peu original, et un peu ringard, l’ancien premier ministre n’a hésité à choisir « The Final Countdown » du groupe suédois Europe qui avait cartonné en 1986. Mais si, rappelez-vous, vous l’avez déjà entendu. Symbole de puissance et de force, cet hymne avait déjà été utilisé à maintes reprises par divers politiques étrangers mais aussi par Jacques Chirac en 1988.

  2. Benoit Hamon – 2017 : D’après plusieurs interviews, le candidat de gauche semblerait fan du groupe NTM et de rap français en général. Quelle surprise de le voir choisir une chanson plutôt pop de Lilly Wood & The Prick. C’est entraînant, et surtout ça parle aux jeunes.

  3. DSK – 2007 : Avant ses déboires avec la justice, Dominique Strauss-Khan avait misé sur une chanson déjà connue pour les primaire PS de 2006. En effet, elle avait été sous le feux des projecteurs lors du mondial de football de 2006. Vous vous rappelez de la chanson sur le coup de boule de Zidane? Ici, on parle du tacle du PS face à l’UMP et le FN : « Strauss Kahn y va gagner », à écouter absolument pour ses paroles recherchées.

  4. François Hollande – 2007 : Chanson officielle de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012, la chansons s’accompagnait du célèbre signe/visu signifiant le ralliement au PS : les deux bras parallèles l’un au-dessus de l’autre : « le changement c’est maintenant ».

  • Les autres partis 
  1. Emmanuel Macron – 2017 : Il a préféré prendre une musique plus électro-jazz, plus jeune, ressemblant plus à ce qu’il veut montrer : « Closer » du groupe norvégien Lemaitre, sorti en 2016. De plus, un proche (DJ de métier) lui a composé un hymne très personnel nommé : « Walk In » dont le coût serait de 5 000 €.

 

Précision, que ce soit en France, ou ailleurs, les artistes sont parfois tristes et révolter de vois leur art passé lors de meeting POLITISES sans leur accord. En 2002, Jacques Chirac a eu des problèmes avec les célèbres Daft Punk pour avoir utilisé leur tube « One More Time » pour célébrer sa réélection. Plus récemment, Trump a eu des soucis avec Adele.

Laisser un commentaire