Interview – Aufgang @Cabaret Aléatoire

In Interviews, Le Mag by Sophie Yo0 Comments

A l’occasion de la soirée de fermeture du Festival Reevox, le 31 Janvier dernier, nous avons pu rencontrer le duo Aufgang. De lourds projets en perspective, de la sensibilité et l’instinct de deux grands musiciens. Retour sur cette entrevue :

Bonsoir, première question, en rapport à vos influences. Vous avez tous deux étudié la musique, vous avez des influences très variées. Comment faites vous pour arbitrer au sein du groupe, est ce que vous devez faire des compromis lors de la composition ou est ce que c’est spontané ?

Rami : Oui, c’est assez spontané, on se chamaille rarement sur des choix esthétiques. Vu qu’on connaît ce que l’un aime chez l’autre, on essaye de garder ça en tête quand on compose. On sait très bien jusqu’où on peut aller quoi. Mais on a des goûts très vastes, donc ça nous laisse le choix.

Aymeric : Quand on arrive pas à se décider, on fait un match de Playstation (rires).

Du coup, comment fonctionnez vous au niveau de la composition, de la construction d’un album ?

R : Parfois ça se fait à deux, parfois chacun ramène quelque chose, après l’autre complète, c’est très très aléatoire, il n’y a pas de formule spécifique. Parfois on ne sait pas trop ce qu’on fait, puis on commence à jouer ensemble, et quelque chose sort, et là on élabore. Il n’y a pas vraiment de « manière de faire »

Comment faites vous pour ne pas basculer dans de la musique totalement expérimentale, pour garder un soutien mélodique globalement ?

R : Je pense qu’on faisait plus de l’expérimentale avant, et que là on évolue vers quelque chose d’un peu plus mainstream. Généralement c’est plus souvent le contraire, les gens partent vers l’expérimental. Disons qu’on a toujours aimé la mélodie de toutes façons, après il y a des moments pour tout, je pense que là on est plus dans cet esprit là, de faire des choses plus accessibles, tout en gardant l’ADN Aufgang, c’est à dire une énergie, un côté assez brut dans la musique, assez radical. Mais en essayant de brasser des choses communes, au sens plus large du terme. Des choses dans lesquelles les gens pourraient se reconnaître plus facilement.

Comment le départ de Francesco a impacté le groupe au niveau de la composition, et du live ? Est ce que la machine a par exemple pris plus d’importance au niveau du live ?

R : Pas du tout. Au contraire, on a continué à faire ce qu’on faisait depuis toujours, c’est à dire aller de l’avant, et l’impact n’était pas lié aux compositions.

A propos du live, comment abordez vous l’improvisation sur scène ? Est ce que c’est une dimension importante, est ce que vous préparez un peu à l’avance ?

A : C’est des choses qu’on est obligé de cadrer un petit peu, parce que du coup, vu le tournant qu’on a pris, on a fait des chansons un peu plus pop, dans la structure. Là, ce soir on présente notre prochain album dans sa structure la plus proche de l’album, avec quelques petites ouvertures. Mais bien sur le but va être d’ouvrir toutes ces structures pour pouvoir laisser place à …pas vraiment l’improvisation, mais au moins l’expression des marges libres. Mais ce sera quand même calme.

De quel artiste vous vous sentez le plus proche actuellement ? Un courant, une scène ?

A : Lui c’est Rammstein je crois (rires) Nan, je sais pas trop. Rien ne me vient à l’esprit. Y’a plein de compositeurs ou d’artistes qu’on aime beaucoup, mais dont on se sent vraiment proche… C’est difficile car on essaye de faire quelque chose qui justement soit sans influence. Enfin c’est quand même bourré d’influences et de réflexions, mais c’est très délicat car on essaye justement de faire notre truc.
R : Oui et la vérité c’est qu’on a pas vraiment écouté grand chose depuis plusieurs mois puisqu’on était tellement dans notre musique, concentrés sur notre album, qu’on écoutait rien d’autre à part notre musique donc on était un peu déconnecté des courants musicaux qu’il y avait en parallèle. On ne sait pas trop ce qui s’est passé…

A : Qu’est ce qui s’est passé d’ailleurs ? (rires)

Pas mal de choses ! Et du coup pour terminer, les perspectives pour le futur ? Est ce que vous avez une tournée à annoncer ?

A : Ce soir c’est la première fois qu’on présente notre album sur scène, on va sortir un premier morceau dans un mois, un second un mois après, et enfin en Juin on sortira le 3e single. Et c’est prévu pour la fin de l’été, la sortie de l’album. L’album est prêt, enregistré, masterisé, tout est bon. On est maintenant en train de se mettre sur la scénographie, plein de choses comme ça. Et on a une pré-tournée, on part en Hollande la semaine prochaine. Et on a plein de dates, on va faire quelques festivals cet été.

R : En attendant la grosse tournée prévue pour Septembre, à la sortie de l’album.

Vous espérez repasser sur Marseille ?

A : C’est prévu, on est déjà venu ici, c’était super. On a fait Marsatac, on a joué dans une église il y a un an et demi, et on a joué pas mal aussi au festival de musique classique d’Aix en Provence. Donc oui oui, à chaque fois qu’on vient ici c’est super.

Laisser un commentaire