Les Séries En Musique #2 THE YOUNG POPE

In Dynam'hit-à-brac, Le Mag by Guillaume Assante Di Cupillo0 Comments

Voici le second épisode de notre nouvelle catégorie « Les séries en musique ». Après The Walking Dead, c’est au tour de The Young Pope de se faire décortiquer !

La première série du célèbre réalisateur Paolo Sorrentino, a débuté il y a quelques mois sur Canal +. Le réalisateur de La Grande Bellezza nous plonge dans une réflexion moderne et captivante sur l’Eglise catholique contemporaine.

Cette mini-série composée de dix épisodes retrace la vie d’un pape fictif, le plus jeune pape de l’histoire, l’Américain Lenny Belardo, aka Pie XIII. Présenté comme un anti-héros, il devra imposer son style ultraconservateur, vaincre les critiques et résister aux multiples tentations liées à ses nouvelles fonctions. On retrouve dans le rôle-titre Jude Law, au sommet de sa forme pour incarner un homme à l’esprit tourmenté, fumeur invétéré et amateur de Coca à la cerise. Le casting est complété par Diane Keaton, Ludivine Sagnier, James Cromwell ou encore Cecile de France.

Cette coproduction internationale entre HBO, Canal + et Sky, explore les coulisses du Vatican, où à la manière de House of Cards ou encore Game of Thrones, les personnages redoublent de stratagèmes pour parvenir à leurs fins. L’approche de la religion se veut très moderne (le pape fume, l’Eglise utilise des iPad…), ce qui donne à la série un côté pope, baroque et absurde ! Je ne vais pas en dire d’avantage pour éviter tout spoil, dernier conseil courrez voir cette série !

The Young Pope est donc une oeuvre riche et splendide qui commence dès le générique. Lors de ce dernier on peut y voir le nouveau Pape se déplacer au ralenti dans un couloir où des oeuvres sont accrochées au mur avec une météore qui le suit de tableau en tableau avant de s’écraser sur une statue (aux faux airs de Jean-Paul II). Ces peintures ont une histoire et ont créé des scandales en leurs temps. Paolo Sorrentino ne les a donc pas choisies au hasard !

Ce générique, très élégant et qui traduit bien l’esprit irrévérencieux et piquant de la série est accompagné d’une chanson sélectionnée par le cinéaste italien. Lorsque l’on Shazam cette ballade de Jude Law, on se rend compte qu’il s’agit du son de Devlin (un rappeur anglais) accompagné d’Ed Sheeran. Il s’agit de son morceau Watchtower. Ce choix d’un titre de rap serait annonciateur d’une bande originale pointue et décalée selon certains médias.

Cependant, lorsque j’ai écouté pour la première fois ce générique j’ai plutôt reconnu le célèbre titre de Jimi Hendrix, All Along The Watchtower.

Mais ce morceau est tellement une légende qu’il a été fabuleusement repris lors d’un live en 1999 par Lenny Kravitz & Eric Clapton. Je vous laisse apprécier la prestation.

Vous l’aurez donc compris je ne suis pas un grand fan de la plus récente version de Devlin et d’Ed Sheeran, mais pendant le générique il s’agit simplement de l’instrumental, ce qui se laisse s’apprécier !

Le reste de la soundtrack est composé d’artiste comme Recondite, Flume, Jeff Buckley ou encore des artistes italien comme Roberto Murolo. Le réalisateur a même réussi à utiliser le Sexy and I know it de LMFAO lors d’une scène où le pape se vêtit de ses plus beaux atours. Ce qui vous laisse imaginer l’esprit décalé de cette série.

Habemus Papam !

Laisser un commentaire