LIVE REPORT – FUTURE @ ZENITH DE PARIS – 17/10/2017

In Le Mag, Live Report by Virgil Papillon0 Comments

« Mask on, f*ck it mask off ! ». Le 17 Octobre dernier, Future est venu rendre visite aux « french trappers » dans le cadre de son HNDRXX Tour. Appuyé par Rich The Kid, Stefflon Don ou encore Zoey Dollaz, le rappeur d’Atlanta a retourné le Zénith de Paris le temps d’une soirée. Retour sur le concert événement du « Monster ».

20H. Mon ami et moi-même débarquons devant le Zénith, toujours ravis à l’idée de sentir les fondations du Zénith vibrer sous les 808’s. On observe, par curiosité, ceux qui se rendent au concert. Sans surprises, nous remarquons une flopée de jeunes « trappeux » affublés de Supreme, Nike, Adidas et arborant un joli pétard à la bouche. A peine débarqués que nous pénétrons dans l’enceinte du Zénith. La salle est extrêmement agréable dans la mesure où nous arrivons à observer le spectacle sans mal, peu importe où nous sommes placés. Dans notre cas pour l’événement : la fosse, lieu de perdition sujet à de nombreux « pogos ».

21H. Les premières basses résonnent et les bras se lèvent à l’unisson. Sur scène débarque Zoey Dollaz, un jeune rappeur signé sur le label Freebandz de Future. La prestation est propre, il n’y a rien à redire si ce n’est que je ne m’étais pas au préalable pas penché sur la discographie de l’artiste.

Dès la fin de son set, un autre rappeur (mais plus connu) débarque sur scène : Rich The Kid. Appuyé par des visuels décapants, il chauffe encore plus la salle avant l’arrivée de Future.

En revanche, je connais un peu plus Rich The Kid dans la mesure où il a un feat. avec le « King of Compton » : Kendrick Lamar.

22H30. Future débarque sur scène après plus de 30min de retard. La salle s’impatiente et certains commencent déjà à huer le rappeur … avant que les lumières s’éteignent et commence ENFIN le concert pour lequel nous avons tous payés.

Dès lors s’ensuit un nombre incalculable de hits tels que Trap Nigg*s, Jumpman, Fuck Up Some Commas ou encore New Level RMX. Tout le monde saute dans tous les sens, des verres d’eau (ou de bières) volent en éclats et tout le monde commence à avoir chaud … Dont Future, qui s’en va entre 2 tracks pour revenir torse nu … enfin pas réellement vu le nombre de « chains » qu’il a autour du cou. Mention spéciale à ce moment du concert qui me paraît être l’un des meilleurs.

Le concert se clôture sur Mask Off, produit par Metro Boomin et titre phare du rappeur d’Atlanta. Même si la version est Kendrick Lamar est meilleure, ça fait toujours plaisir d’enfin la voir en live.

23H30. Le concert se termine, chacun rentre chez soi, complètement trempé. Le turn-up fut tel que beaucoup s’en vont, abasourdis. Pour ma part, je fus ravi d’enfin voir Future en live … quoique déçu de ne pas avoir entendu celle-ci.

Laisser un commentaire