Live report : Niska @Moulin 31/03/2018

In Live Report by Floris Oppenhuizen0 Comments

Pour faire simple, j’y suis allé par curiosité. En effet, grâce à ses tubes Niska a su percer et il est devenu une pointure du rap français du moment.

Je suis arrivé aux alentours de 20h20 et la salle était déjà bien remplie. Pour ce qui est de la population là-bas, elle était très varié. En effet entre les bandes de potes venus pour profiter, s’éclater, boire et fumer, le reste était plutôt jeune, souvent accompagnés d’un de leurs parents. Et enfin il y avait les incroyables groupies qu’on entendait pendant tout le concert.

  • 20h33, entrée de MOH

C’est sur la musique « Bella Ciao » que MOH rentre sur scène avec toute son équipe déguisée avec des costumes de la série « La Casa De Papel ». Toute la salle connaissait (à peu près) les paroles.

Si son rôle était de chauffer la salle il y arrive avec beaucoup de succès. Avec des jeux comme : diviser le public en deux et le faire crier, puis des jeux de foules comme faire sauter tout le monde. Nous avons même eu le droit à une exclusivité puisque que pour tester un nouveau jeu (Qui consiste à faire bouger toute la salle à droite puis à gauche en se poussant un maximum !..) il nous balance son prochain titre :

https://www.facebook.com/new.castle.35/videos/2042719602609952/

Si MOH a réussi à autant mettre le feu, c’est que le public connaissait bien les titres, en rappelant bien évidemment que le rappeur est originaire de la ville de Marseille. La plupart de leurs sons sont « afro trap » comme celui ci :

Si vous êtes intéressés par cet artiste, il a sorti son album L’art des mots en 2016.

  • 21h26, entrée de Niska

Niska, le rappeur qu’on ne présente plus, il enchaîne les succès, (216 millions de vues sur le clip « réseaux« ). Si vous ne connaissez pas, laissez moi vous le présenter rapidement, en 7 points :

  1. 24 ans.
  2. Originaire d’Evry.
  3. Actif depuis 2012.
  4. De son vrai nom Stanislas (abrégé en Stani, puis Nista et finalement Niska).
  5. Je l’ai personnellement connu (comme beaucoup de monde) avec le « freestyle PSG » et les fameuses danses du Charo (propulsé par le footballeur Matuidi qui célébrait ses buts avec cette danse).
  6. 2 albums, 1 mixtape (Zifukoro, 2016, disque de platine et Commando, 2017, double platine pour ses albums).
  7. Il a commencé avec le groupe Negro Deep.

Passons au concert !

Niska entre sur scène accompagné de Dj Titai et de son backeur sous les cris et les flashs d’une salle en délire. Il nous confie qu’il était à Lyon la veille et que c’était plutôt chaud et qu’il attend la même chose du public marseillais.

Au début ce sont des sons plutôt doux ou dans la continuité de MOH, style « afro trap » mais avec la voix criée et l’agressivité de Niska.

A 21h41 Niska se retire de la scène et laisse le Dj seul pour continuer de chauffer la salle en jouant le titre de MHD, Alonzo et Gradur :

Il revient ensuite et continue sur le même style, ambiance dansante, le public semble conquis et chante toutes les paroles.

Puis à 22h05, encore une fois il s’éclipse et Dj Titai passe le fameux son « Macarena » de Damso jusqu’au retour de Niska.

A 22h27 Niska commence son tube Réseaux mais le coupe vite et dis qu’il le fera plus tard si l’ambiance reste bouillante. Il enchaine sur le freestyle PSG (que tout le public marseillais connait par cœur)

S’ensuivit le deuxième gros titre de Niska, « Salé » :

C’est à ce moment-là que le concert explose et Niska balance tous ses bangers comme le titre « Chasse à l’homme » :

Le public criait avec Niska « Shoot, balle dans la tête » sous les regards outrés d’une mère juste à côté de moi.

C’est dans une ambiance très Trap que Niska finit son concert en remerciant Marseille (aussi ou plus chaud que Lyon selon lui).

Il finit vers 23h avec « Réseaux » :

https://www.facebook.com/new.castle.35/videos/2042749772606935/UzpfSTE2MTAwOTg1ODU3NDI5ODM6MTcxODk5NzY5NDg1MzA3MQ/

Pour mon impression personnelle, j’ai trouvé le concert un peu plat dû aux pauses que le rappeur a pu faire mais aussi car finalement tous les titres joués étaient déjà très connu, il n’y a pas eu d’exclusivités. Quant à l’ambiance générale elle était au rendez-vous, le public (surtout devant) était en extase.

La prestation quant à elle est honorable (la veille Niska jouait à Lyon et encore avant à Lille) en enchaînant comme ça on peut comprendre pour les pauses. En effet Niska met sa voix à rude épreuve, il force dessus pour donner cette énergie qui lui est propre.

Je tiens à préciser que la scène était super belle avec une sorte de perchoir à l’image du logo Charo, bien en hauteur et éclairé de plusieurs couleurs. Les jeux de lumières étaient aussi très appréciables. Je n’ai malheureusement pas pu prendre de photos car quand je suis arrivé (vers 20h20) la salle était déjà bondée et j’étais malheureusement trop loin (ou heureusement n’étant pas fan des pogos, petit gabarit préfère se mettre à l’abri !..)

  • Le logo Charo (pour que vous visualisiez la scène).

Je tiens à remercier la salle du Moulin pour m’avoir permis d’assister à ce concert et de m’avoir permis d’assouvir ma curiosité.

Laisser un commentaire