Avec Morale 2luxe, Roméo Elvis marque un doublé en nous prenant à contre-pieds.

In Chroniques d'Albums by Pierre-Alexandre Martini0 Comments

Presque 1 an après le succès incontesté de Morale 2, son deuxième album studio produit par son talentueux compère qu’est Le Motel, Roméo Elvis, qui était de passage toute la semaine à Paris pour la promotion de la sortie de la version Deluxe de Morale2, nous dévoile 10 titres qui marque le début d’une réelle et audacieuse transition dans le style du bruxellois. On vous en parle déjà sur Dynam’hit Webradio. 

 

Pour vous accompagner durant votre lecture, voici des extraits de Morale 2luxe (nouveaux sons de la track 14 à la  24)

Depuis quelques années, chaque rappeur qui connait un succès important dans l’hexagone se trouve face à un dilemme quant vient l’heure de se demander quelle tournure faut-il donner à la suite de son oeuvre. Certains l’ont fait avec fortune (Lomepal – qui lui aussi a sorti il y a peu une version Deluxe de son album FLIP composé majoritairement de versions acoustiques, Soprano qui a su évoluer pour rester sur le devant de la scène par rapport à son époque Psy4 ou bien encore pour parler au plus grand nombre Nekfeu ou Orelsan) d’autres avec moins de succès….

Aujourd’hui, les regards étant focalisés sur la déferlante du rap belge en France et compte tenu des succès de Morale 2 et des autres artistes belges en vogue tels que les zinzins de Caballero & Jeanjass, de l’ODC (qui seront d’ailleurs de passage au Moulin à Marseille le 31 mars prochain), le fantasque Krisy et bien évidemment Damso – qui vient d’annoncer son prochain album qui sera lui aussi au coeur des attention -, l’attente pour cette édition Deluxe était justifiée.

(Pour ceux qui ne connaissent pas ou que très peu le génie belge, je vous le faisait découvrir ici.)

Plus incisifs, plus intenses, plus audacieux. Voilà les 3 adjectifs qui pourraient qualifier les sons qui composent cette version 2luxe. Voila pourquoi :

Le premier son de l’album, Respirer, annonce d’ailleurs d’office la couleur et l’état d’esprit dans lequel Roméo Elvis travaille, conscient de la hype qui s’est construite durant les derniers mois autour de lui, il dénonce la fandom et tout ces pseudos connaisseurs qui s’inscrivent dans la tendance et restent en surface de celle-ci sans chercher à comprendre comment l’artiste en est arrivé là. Bien-sûr on ne peut que vous inciter à découvrir Morale 1 ou encore Double Hélice vol.1 qui mériteraient beaucoup plus d’attentions qu’ils n’en ont eu à leurs sorties respectives.

« Jsuis rentré dans le jeu tout nu, comme les mecs dans le stade » 

L’amour avec des crocos

Alors non, Roméo ne déçoit pas mais marque une certaine transition qui est perceptible dès les premiers sons et ce notamment dans la comparaison entre le coloré Dessert qui a été clippé la semaine dernière et le très sombre Strauss et Paillettes. En effet, du sombre Roméo et surtout le Motel nous en servent à foison: Samy (Pt.3) , Pogo, ou encore l’entrainant L’amour avec des crocos. On peut même inclure Méchant dans cette liste, qui fait parti de la BO du film Tueurs.

Le Motel – qui mérite grandement qu’on le mette à l’honneur pour l’ensemble de son travail dans cette collab’ – a également pris la décision de donner une importante plus significative aux sonorités électroniques dans cette réédition. A tord ou à raison, laissons le temps nous le dire.

« Tout est clair dans ma tête quand le Motel fait le taff »

Dessert

Cet aspect de l’album contraste sensiblement avec Morale 2 et Morale 1 qui avaient dans leurs globalité un teint plus joyeux dans les instrus. A titre de comparaisons la track au teint le plus grave de Morale2 doit être Les Hommes Ne Pleurent Pas, ce qui n’a absolument rien de comparable avec Strauss et Paillettes. Soyons honnêtes, c’est un réel pari et ce compte tenu du fait que sa notoriété aux oreilles du grand public s’est construite autour d’un album respirant la bonne humeur et la fraicheur, que ça soit au travers des instru ou des paroles. (Cf. Drôle de question, Lenita ou encore dans Copain en ft. avec son ancien backeur Swing qui vient aussi de sortir l’intéressant Marabout en parallèle de son travail avec l’Or Du Commun.). Sans parler du génial Bruxelles Arrive (oui, il fallait qu’on le calle quelques part…..)

Bien évidemment, pour que la pilule de la transition passe plus facilement, certains sons respirent le love, la douceur tels que Dessert ou encore le planant Série B.

D’autre part, le tournant artistique opéré par Roméo est palpable dans le remix (qui n’en est d’ailleurs pas vraiment un au vu des couplets rajoutés par dessus) de Drôle de question qui est beaucoup plus émotif de par l’instrumentale l’accompagnant que dans Morale 2 où celle-ci était uniquement composée d’un solo de guitare du belge. Ce morceau de clôture de l’album serait-il un appel au changement, un témoignage de la volonté de l’artiste d’évoluer vers d’autres univers musicaux?

Même quand Roméo nous parle de sa relation avec la mannequin Lena Simone, (oui elle a Instagram) qui a largement influencé son univers musical dans Morale 2, au travers de Bébé aime la drogue ou encore de fantastique et mélodieux Lenita, il le fait avec une noirceur beaucoup plus prononcée dans le titre Jaloux, qui comme vous l’aurait deviné parle du démon intérieur qui le ronge à chaque fois qu’on pose le regard sur la dénommée Madame Strauss.

Quoi qu’il en soit, Roméo nous séduit bel et bien avec ce surprenant Morale 2luxe qui aurait le mérite de nous mettre encore plus en haleine quant a son prochain album studio et à ses intentions en terme d’évolution musicale, au sein d’une raposphère de plus en plus exigeante et variée qui sait promouvoir des artistes au sommet en quelques temps et en faire oublier d’autres d’un claquement de doigt. Patience de rigueur donc… en attendant aucun doute que ce génie à la voix grave saura nous révéler d’autres pépites comme l’inattendu et très sympathique Hit Sale en ft. avec le groupe Thérapie Taxi….

 

Pour que l’attente soit moins longue, petit récap des dates du Morale 2 luxe tour ici… 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire