Le 26 mai 2014 est sorti le dernier EP Rien des bordelais Odezenne, avec comme titre phare Je veux te baiser (un peu de poésie n’a jamais tué personne). Dynam’hit s’est intéressé à ces trois jeunes gens, Jaco, Mattia et Alix. Une jolie rencontre.
[divider]
Pouvez-vous présenter rapidement l’histoire de Odezenne, y a-t-il des personnes qui vous ont motivés et donnés l’envie d’aller plus loin ? 

Jaco : C’est une histoire de copains qui faisaient de la musique, on a fait quelques morceaux il y a assez longtemps et depuis, on n’a jamais cessé d’en refaire d’autres… L’histoire est un peu particulière vu qu’Alix et Mattia se connaissent depuis le collège, ils avaient même déjà un groupe de rock à l’époque, puis je suis arrivé quelques années plus tard. Depuis, on ne s’est plus quitté : nous habitons, travaillons, mangeons, vivons … bref, on fait tout ensemble. Un peu plus tard, d’autres personnes ont pris part au projet, des artistes de différentes disciplines et qui sont toujours avec nous d’ailleurs, c’est une histoire de famille. Donc si je devais résumer Odezenne, bah c’est notre vie !

Alix : J’aurais pas dit mieux.

Mattia: Odezenne, c’est vraiment la rencontre de 3 potes aux univers différents, qui, à force de travail, se sont retrouvés sur une musique plutôt singulière. Et d’autres gens se sont retrouvés dans cette musique : des artistes qui ont voulu bosser avec nous, et un public qui a eu envie de l’écouter. Et ça, ça te donne envie de continuer et d’aller plus loin.

 Vous avez votre propre label Universeul, vous avez l’air de tenir à votre indépendance, est-il plus facile (ou difficile) d’être à la fois artiste et producteur ?

Jaco : Oui on est indépendant, on fait tout de A à Z, alors il est vrai qu’avoir les deux casquettes, ça fait plus de travail à accomplir. Il y a quelques mois encore, on travaillait tous les trois dans la même boîte, ce qui nous faisait trois casquettes, maintenant on est intermittent donc on travaille uniquement pour le projet, et beaucoup. C’est très intéressant car c’est hyper varié, chaque jour apporte son lot de surprises, c’est une aventure de fou. Mais on n’a jamais cherché à avoir cette situation, elle s’est faite naturellement vu que nos deux premiers disques, la grande industrie n’y a pas cru, alors on a tout fait seuls.

Alix : C’est surtout ça l’histoire de notre indépendance, c’est l’histoire de nos échecs.

ODEZENNE_in-berlin8

Depuis l’arrivée d’Internet, le marché de la musique (et des disques) connaît un changement radical, ce qui peut faire peur aux artistes, qu’est ce que vous donneriez comme conseil à ces jeunes artistes qui s’enregistrent dans leur chambre ?

Jaco : Continuez, faites-vous plaisir, travaillez, persévérez. Surtout, faire de la chanson n’est pas le métier le plus solide, alors au moins, profitez à fond, que ce soit dans votre chambre, dans le bus ou dans votre cave.

Alix : J’aimerais leur dire que le monde est à portée de main. C’est vrai que le grand changement d’Internet, d’après moi, c’est la possibilité de se diffuser en un clic. Essaie juste de réaliser ce que ça peut impliquer en terme d’offre musicale. On va pas se voiler la face, l’envers du décor, c’est que ça devient de plus en plus dur d’exister au milieu de tous ces groupes et artistes qui émergent chaque jour, mais je suis un grand optimiste et je crois que chacun peut trouver chaussure à son pied. Il est important aussi de souligner qu’aujourd’hui, un artiste peut vivre de sa passion sans avoir à vendre des tonnes de disques. Autrement dit, tu peux être économiquement non rentable aux yeux d’une maison de disques mais rentable à ton échelle en faisant un son très spécial. C’est plutôt rassurant je trouve, de ne pas avoir à plaire à tout le monde.

Mattia : Internet donne un moyen de diffusion peut être moins présent dans l’industrie du disque : le bouche à oreille. On voit beaucoup d’artistes indépendants se faire un nom sur la toile, et du coup dans les bacs et dans les salles de concerts, sans avoir été choisi par tel ou tel directeur artistique de maison de disques, et je trouve ça génial.  Un conseil : travailler son art pour soi, et le balancer quand on en est content… Les gens feront le reste s’ils se retrouvent dedans.

Qui s’occupe de votre compte Facebook (est-ce que l’un de vous trois?) Pourquoi « Force et Honneur » ?

Jaco : C’est Alix qui s’occupe du compte. On se divise les réseaux : Mattia s’occupe du Soundcloud et moi de Twitter, mais chacun peut se servir du réseau qu’il veut. Force & Honneur ça veut dire « lâche pas, serre les dents, même si on te fout dans un trou, tu es là, tu existes, c’est la dignité de rester toujours debout, si tu poses un genou à terre, tu te relèves ».

Alix : Effectivement, je m’en occupe un peu plus, mais bon on est toujours ensemble, j’appuie juste sur les touches du clavier.

Mattia : « Le général qui est devenu esclave, l’esclave qui est devenu gladiateur, le gladiateur qui défia l’empereur« . Faut rien lâcher.

Cela fait une semaine que votre EP Rien vient de sortir sur le net, comment vivez-vous ces derniers jours ? Comment sont organisées vos journées ?

Jaco : Nous vivons la sortie de ce EP très bien. Les retours sont énormes à notre petit niveau, on en espérait pas tant surtout quand tu n’as personne derrière toi avec un réseau de folie et des fonds. Par contre, on travaillait sur le projet 12 heures par jour en temps normal, là nous sommes passé de 18h à 20h par jour ! Mais on aime bien ça. Et surtout, l’accueil est vraiment cool, les gens nous envoient beaucoup de petits mots qui nous signifient leur satisfactions, nous avons un public formidable.

Alix : Je suis content d’avoir lâché Rien, j’aime beaucoup ce disque, surtout le morceau éponyme que j’aime par dessus tout. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été si fier de nous… Après, c’est beaucoup de stress, une sortie, je veux dire, il faut que tout soit prêt à temps, comme une course sans fin, t’as la tête dans le guidon, sans tellement de temps pour réaliser quoi que ce soit.

Mattia : Il y a vraiment le speed de sortir du son après un long moment d’absence. La joie de voir son public apprécier cet EP. Je me demande parfois si on pourra un jour finir les choses à faire avant les 5 minutes de la deadline.. Pour l’instant ce n »est pas le cas.

 

Qu’est-ce que vous voulez que les gens retiennent de votre musique, le plus important ?

Jaco : Personnellement, que les gens retiennent ou non quelque chose de nous, je me pose pas la question, je fais des choses, c’est ma vie, je ne cherche pas la postérité, je fais juste ce que je peux avec ce que j’ai.

Alix : La tentative honnête peut-être, et l’imperfection qui va avec.

Mattia : Je ne sais vraiment pas ce qui est le plus important dans notre musique. Faudrait demander aux gens.

Vous avez une belle tournée qui vous attend : un petit tour de France, des festivals ; un concert, avez-vous des habitudes, des tocs ou autres rituels (perso ou ensemble) ? Et après ?

Jaco : On a une tournée de fou, c’est énorme ce qui nous arrive. On va dans de gros festivals auxquels on ne pensait même pas. On est très, très heureux. Les tocs, il y en a car on est superstitieux. Alors on dit des textes bien précis, toujours les mêmes, on se fait énormément de câlins, on boit, on fume, et on se fait une bonne tape dans le dos.

Alix : Et tout ça, dans un ordre précis. Monter sur scène, c’est pas naturel.

Mattia : Je pense souvent avant de jouer qu’un jour, on va s’enfuir en plein milieu d’un concert, tellement c’est speed.. Mais ça n’arrive jamais, et les concerts se passent toujours bien.

Y a-t-il des scènes qui vous font rêver ?

Jaco : Je ne sais pas perso…

Alix : Non.

Mattia : Odezenne, premier concert sur la Lune ?
[divider]

Chez Dynam’hit, nous avons une série de questions sur vos musiques préférées pour certaines situations. Si chacun de vous peut répondre, cela nous permet de découvrir des pépites et aussi plus largement vos goûts.

 Une chanson quand on est dans les embouteillages ?

 Jaco : Je penserais plutôt à un jeu, on fait généralement les héros mystères : tu penses à n’importe qui et les autres par des questions fermées, et petit à petit chacun trouve le héros mystère des autres.

Alix : Deat GripsGuillotine

Mattia : The BeatlesGetting Better

Une chanson pour aller à la plage ?

Jaco : Righeira Vamos a La Playa

Alix : A Tribe Called Quest Bonita Applebum

Mattia : Ornella VanoniL’Appuntamento

Une chanson pour faire l’amour ?

Jaco : Barry WhiteI Can’t Believe You Love Me

Alix : Manu ChaoJe Ne T’Aime Plus, Mon Amour

Mattia :  Sonny & CherI Got You Babe

Une chanson pour votre enterrement ?

Jaco : Jacques BrelLe Moribond

Alix : The BeatlesYesterday

Merci encore à Odezenne pour ce temps consacré à nos questions, et n’hésitez pas à relire la chronique de leur EP, Rien (sortie physique le 16 juin) !

Rédigé par

Gaya Gao

Former Member