Alors que ce support musical était voué à une mort lente et douloureuse en tombant dans l’oubli après la découverte du « Compact Disc » plus communément appelé CD, le disque vinyle signe aujourd’hui son grand retour. Paradoxalement, il répond présent dans notre société de consommation, la même qui avait réussi peu à peu à le faire disparaître à coup de laser dans le sillon…

Le CD arrive, le vinyle déchante

L’introduction du CD en France à partir de 1983 perturbe totalement le  futur du disque vinyle. Celui-ci tente d’évoluer depuis ses premiers pas (le premier disque vinyle remonte à 1946), mais face au côté pratique du CD et son caractère innovant, la plupart des gens délaissent les fameuses « galettes » au profit du petit nouveau.

Néanmoins, bien que le disque vinyle semble dépassé, celui-ci n’a pas dit son dernier mot. Bien sûr, l’industrie du disque vinyle a connu des heures sombres au moment où le CD a envahi les grands distributeurs, mais un groupe d’irréductibles passionnés a su depuis le début du développement de ce nouveau support faire perdurer la culture vinyle. Face à l’utilisation simpliste du CD, les puristes défendent une qualité de son inégalée, une démarche musicale moins commerciale (une époque où chanter rimait moins avec faire du blé).

Vinyles

Avec le temps et surtout l’explosion du numérique et du téléchargement illégal, le disque vinyle regagne en parallèle  ses notes de noblesse. Il devient en comparaison avec le CD, un véritable objet d’art (les pochettes des albums vinyle de l’époque étaient révélatrices d’une tendance, d’un engagement… ). De plus,  l’impossibilité de récupérer les pistes audio d’un vinyle renforce davantage l’authenticité de ce support.

D’autres arguments pourraient être mis en avant, mais la principale raison semble venir de la société elle-même : après avoir expérimenté le champ des possibilités avec le Disque Compact, celle-ci compare, juge, et comprend sans doute le bonheur de prendre le temps d’ouvrir la pochette d’un vinyle, d’être impliqué dans la mise en route d’un  titre en plaçant le diamant sur le disque, d’écouter parfois qu’un titre par face (c’est le cas pour un  45 tours) et de vivre un vrai instant musical hors du temps, à une époque où tout va trop vite.

Jimi Vinyl

La progression des ventes de disques vinyle est tout simplement stupéfiante (Cf : étude Amazon : « Vinyl Sales by Year ») et prend sa revanche sur l’industrie du disque qui connait actuellement des heures peu glorieuses…

vinyl sales

Le vinyle, une affaire de Rock !

Ce qui marque dans ce retour contemporain du vinyle, c’est qu’il ne concerne pas tous les styles de musique. Les disques les plus vendus (que ce soit des rééditions, des disques d’époque ou de nouveaux albums qui paraissent sur le format vinyle) sont des titres rock. Sans doute parce que le rock a plus de cachet sur vinyle (c’est certain), mais aussi peut être parce que cet ancien format est moins commun  pour d’autres styles de musiques…

Effet de mode pour certains, retour durable pour d’autres, le disque vinyle n’a pas fini de faire parler de lui.

vinyl-disquaire

Rédigé par

Corentin Lorenzo

Animateur radio aux émissions Back To School et Rock Pulse // Responsable d'émission Rock Pulse // Membre du pôle communication de Dynam'hit Webradio et Community Manager