RJD2 – Biopsie et Retour avec More Is Than Isn’t

In Chroniques d'Albums, Le Mag by Thomas Lanzoni2 Comments

 

Léger rappel à l’ordre

Qui ne se souvient pas avoir vu débarquer tous les plus grands joueurs de football pour le match imaginaire de José et son camarade ?

Souvenez vous, 2006, publicité adidas, Beckham, Zizou, Platini ou encore Beckenbauer chaussaient ou rechaussaient les crampons sur un son intriguant de notre DJ éponyme.

Un fameux Pierre/Feuille/Ciseaux endiablé qui se déroule sous un solo de flûte encastré dans une ligne de basse parfaitement dosée. Avouez-le, vous vous êtes mis à jongler dans votre salon en pensant être au milieu des Favelas de Rio aux côtés de notre cher Ronaldinho.

Un peu de courage, si ce n’est pas déjà fait, assumez-vous :

Mais RJD2, ce n’est pas seulement un blaze de robot en pleine guerre des étoiles, une bande son de publicité (Publicité Adidas – José+10, Titre : De l’alouette/RJD2), celle du générique de Made Men pour les sérieophiles ( A Beautiful Mine/RJD2) ou encore l’hymne du film Petites Confidences à Ma Psy réalisé par Ben Younger (Deadringer/RJD2).

rjd2

Wanted

Se cache derrière cet américain de 36 ans à l’apparence geek assumée façon Mark Zuckerberg une véritable mine d’or de la musique électronique comme on l’aime. De son véritable nom Ramble John Krohn (pour les plus perspicaces vous aurez remarqué que les deux premières initiales de son nom se retrouvent en pôle position dans son nom de scène. Bien joué, une médaille vous attend au studio) il est sans aucun doute, pour ma part, un véritable virtuose de la musique électronique épique et frissonnante. Je m’explique : Si vous possédez une décapotable des années 80, et que vous roulez sans destination sur une route telle que la fameuse 66, ou encore sur une bonne vieille départementale au fin fond des Vosges, seul et les cheveux dans le vent après une rude soirée, alors vous me comprendrez. En effet le mélange de refrains façon (attention sortez vos dico, ou tapez Wikipédia dans votre barre de recherche) Ostinatoet une rythmique constamment pulsée vous pousse à siffloter et vous prendre pour un héros dans votre bonne vieille Golf 3 dès qu’un semblant de ligne droite et de nature apparaissent sur votre chemin.

*L’ostinato est un procédé de composition musicale consistant à répéter obstinément une formule rythmique, mélodique ou harmonique accompagnant de manière immuable les différents éléments thématiques durant tout le morceau). Très bon exemple avec son titre « De L’alouette ».

RJD2, c’est aussi un premier album sous le label Definitive Jux en 2002. Si ça ne vous parle pas, Dj Shadow fait partie de la famille. Au delà de la composition, le trentenaire est aussi producteur, et c’est notamment en tant que DJ et producteur du collectif Megahertz qu’il démarre et propulse sa carrière aux alentours de 1993. En revanche son départ en solo débute façon New-Yorkaise chez Fondle ‘Em Records, et cela ne laisse pas le magazine Rolling Stones indifférent

Pour résumer, voyez le comme un melting-pot sur pattes, il débute comme producteur et Dj de collectif Rap, passe par de l’instrumental en solo, et pose enfin des vocaux sur des rythmiques simplement et efficacement samplées.

ATTENTION : TRANSITION SUR LE DERNIER ALBUM !

rjd2newcover

More is than isn’t

Vous avez aimé la transition, cool, sachez que c’est juste parce que cet opus est une omelette de tous ses précédents albums. Après la création du label Electrical Connections, ce nouvel album est bel et bien une sorte de bibliographie musicale de notre cher et tendre Ramble John, il fait en effet le tour de toute sa palette artistique.

Et oui on y retrouve de tout, on commence par une intro mystérieuse et planante au piano (Suite 1) sans se douter que l’on va replonger tous les deux ou trois titres dans la phase rap du DJ. Tout cela avec une liste d’invités de la scène hip-hop pour appuyer ses origines musicales (Phonte Coleman de Little brother, P.Blackk, STS et Kharie Mateen sur le titre « See you leave », Aaron Livingston et Blueprint).

Mais ne vous inquiétez pas, si l’idée des cheveux dans le vent dans la Golf 3 vous a plu, une paire de titres de ce style sont présents.Et c’est en particulier le cas de Behold, Numbers !, à mon goût, la petite pépite de l’album si vous voulez tout savoir. Allez, faites vous une petite pause :

Sans vous rendre compte, les titres défilent et vous vous retrouvez le fessier entre deux tabourets, pour faire dans l’originalité, indécis entre morceaux de rap sur des instrumentales définitivement signés RJD2 ou de l’électro aux thèmes ravageurs. Si Behold, Numbers ! vous a définitivement départagé, attendez l’arrivée de See You Leave proposant un featuring de STS et Khari Mateen.

Rassurez-vous, vous n’êtes pas obligé de faire un choix, à part celui d’écouter l’album en entier et même la discographie complète de ce mélomane. Faites-le au moins pour le retour de Platini et la vue de notre Zizou national en pleine technique sous ce petit air de flûte qui vous restera dans la tête.

https://play.spotify.com/album/0YxRHKnTnNbLvgfSWm9E4T?play=true&utm_source=open.spotify.com&utm_medium=open

Comments

  1. Je suis fan de oat. Bien écrit et intéressant. Bravo Toto 🙂

Laisser un commentaire