Rock Trip – Un tour en Europe

In Le Mag, Live Report by Diego Salmona0 Comments

Rock Trip est un projet indépendant de Dynam’hit Webradio qui se comporte comme un organisme de tournées de concerts. L’équipe de trois personnes, dirigée par Diego Salmona, a pour vocation de promouvoir le rock marseillais à l’étranger, et cela a été rendu possible par la mise en place de deux partenariats, le premier avec la University of West Of Scotland, qui nous permet d’envoyer nos groupes marseillais à Glasgow et de recevoir début juin des groupes glaswegiens. Le second partenariat nous donne pied en Allemagne, il a été conclu avec  l’association iRock qui organise l’Immecke Open Air Festival, près de Cologne.

Cette année il a fallu organiser, comme c’est le cas depuis 9 ans, deux tremplins qui nous permettent de déterminer quel groupe partira avec nous en Allemagne, et quel groupe partira avec nous en Ecosse. C’est au Molotov, dans le magnifique quartier du Cours Julien, à Marseille, que nous avons décidé de l’organiser. Après un appel à candidature, nous nous sommes retrouvés avec une dizaine de groupes postulants, à départager sur les deux tremplins, selon l’ambiance qu’ils créent et le public qu’ils toucheraient le mieux : allemand ou écossais. Car la différence est fondamentale, si les écossais ont gardé de grandes influences du rock psyché progressif qu’ils s’amusent à coupler à l’univers Hip-Hop, les allemands, eux, sont restés très classiques et semblent préférer les sonorités hard, frôlant le métal et le screaming. Ce sont donc ces deux grandes idées qui ont conditionné l’affectation des groupes à un tremplin, et on doit dire que les choix finaux, on vous conseille grandement d’aller les écouter, sont en parfaite adéquation avec le public devant lequel ils joueront. The Great Joe Yabuki pour l’écosse, et Ze Gran Zeft pour l’Allemagne.

Ces choix ont été appuyés par le jury bénévole de la Plug & Play Street Music School, basée à Six-fours-Les-Bains.

Ecosse – The Great Joe Yabuki

Au départ, The Great Joe Yabuki avait l’ambition de concocter une musique plutôt pop/lo-fi, mais l’arrivée de Pierrot, à la guitare, les entraîne dans une ambiance fortement influencée par le jazz, très dense et arrangée.

Début 2013, le groupe sort un premier L.P, autoproduit, « homemade », qui confirmera l’orientation musicale de The Great Joe Yabuki. Rapidement, le groupe se dote d’un batteur, Dorian, qui va donner son tranchant et son énergie à la musique de The Great Joe Yabuki.

Ils partiront donc l’année prochaine, avec la nouvelle équipe Rock Trip, pour régaler le public glaswégien.

Allemagne – Ze Gran Zeft

Le show fut impressionnant. Au Molotov, le chanteur (Mathieu) a répandu son énergie digne d’une pile électrique dans toute la petite salle, ce mélange de multiples influences métal, reggae et hip-hop nous a tout de suite convaincu, c’est clairement ce qu’il nous fallait pour partir en Allemagne, sur la grande scène de l’Immecke Open Air. L’énergie dégagée par le groupe est stupéfiante, il faut dire qu’il n’est pas dépourvu d’expérience puisque les trois projets sortis jusque aujourd’hui ont été enregistrés et produits à Los Angeles, chez Kallaghan Records.

 

Road To Glasgow, Scotland

Tout s’est enchainé très rapidement : une fois les tremplins bouclés, nous avons eu un mois pour régler les derniers préparatifs du voyage à Glasgow. Comme expliqué précédemment, à Rock Trip, les tremplins servent à choisir les groupes que la future équipe emmènera à l’étranger. Par conséquent, nous avons emmené en Ecosse et en Allemagne les groupes qui ont été sélectionnés par nos prédécesseurs. Ce système permet un suivi des avancées de la nouvelle équipe par les anciens, qui mettent leur expérience à notre profit.

Cette année, c’était aux Big Fat Papa’z de partir en Ecosse. C’est une des meilleurs voyages que j’ai pu faire, et c’est celui qui m’a le plus appris sur les variantes musicales que peut entraîner un changement de territoire. 3 dates étaient planifiées sur place, une première semi acoustique au sein de la UWS à Ayr. La seconde eut lieu à la City Chambers de Glasgow, devant des élus, et notamment la reconnue maire de Glasgow. C’est un honneur pour les Big Fat Papa’z et pour nous d’avoir été reçus dans ce lieu monumental, habituellement fermé au public. Un petit concert acoustique des groupes participant à l’échange était organisé autour d’un petit cocktail et d’une dégustation de whiskies locaux. Enfin, la troisième date se tint à l’Ivory Black, un pub en plein cœur de Glasgow, de 13h à 22h, au total ce sont près de dix groupes que nous avons pu voir jouer, l’éclectisme étant au rendez-vous il était possible de jongler entre les ambiances, aisément.

 

Les Big Fat Papa’z, qui présentent sur scène un heavy blues extrêmement mature et cultivé, n’ont eu que peu de mal à convaincre le public scottish de la qualité de leur travail.

Road To Köln

Exceptionnellement, nous avons emmené cette année le même groupe en Ecosse et en Allemagne. C’est pour vous dire à quel point la musique des Big Fat Papa’z, de par son inspiration des classiques du blues et du hard rock, est convenable pour tout type de public dans la mesure où ses fondements parlent à tout amateur de musique rock. Après un premier concert au Blau Haus, un pub de bikers, c’est sur la grande scène de l’Immecke Open Air Festival que les Big Fat Papa’z ont pris place. Le temps d’un rayon de soleil, le groupe a complètement enflammé le public. Les commentaires des spectateurs faisaient chaud au cœur, la voix de Damien étant pour certain l’une des meilleures qu’ils avaient entendu depuis un moment.


Dans cette ambiance de fête et de barbecue, nous avons passé trois jours à déguster la bière locale Krombacher, qui aura mis à l’envers certains membres de l’équipe. Après le festival, nous avons assisté, et dans le cas des Big Fat Papa’z participé, à une jam session en compagnie d’ I’m With Stupid, un groupe de Ska néerlandais. C’est peut-être le plus grand moment de partage que nous avons vécu lors de notre séjour, les frontières entre artistes, tour managers et spectateurs étant abolie le temps d’une soirée.

Welcome To Marseille

Enfin vint le temps d’accueillir les écossais et les allemands dans notre belle ville de Marseille, et de leur offrir au moins ce que eux nous ont offert lorsque nous nous sommes rendus chez eux. Sur place, nous leur avons donc organisé une première date à l’Hotêl de Ville, en compagnie de M. Jean Roatta, adjoint de M. Gaudin. Un premier show pour avoir un avant-goût en version acoustique de ce qu’allaient nous proposer nos groupes étrangers.

C’est au Molotov le 5 juin que nous avons organisé le gros concert en version amplifiée. Nous recevions cette année Amy Groden, une chanteuse écossaise à la voix soprano régulière, accompagnée par son copain Jack à la guitare.

 

D’Allemagne, nous recevions le groupe de Marius Humpert, qui propose un rock très brut et acoustique, auquel s’ajoute parfois un mélodica.

Enfin, du côté français nous recevions Massilia, un groupe de la Kedge Business School, fondé au sein de l’association Box’Son, qui proposent un large panel de covers, et les Pilgrims fréjussiens, que nous tenions à inviter après leur participation au tremplin pour l’Allemagne. Eux aussi présentent une musique extrêmement mûre, psychédélique à souhait, qui nous rappelle des groupes d’ampleur tels que Muse ou Radiohead. En plus d’être d’excellents musiciens, leur ouverture d’esprit et leur sympathie nous ont conforté dans notre choix de les inviter, et nous espérons que la future équipe de Rock Trip pensera à les faire jouer à nouveau.

 

C’est une superbe aventure que nous avons vécue cette année, Lucas, Julie et moi, à travers ce projet international qui défend une Europe de la culture, pour la culture. Nous tenons à remercier tous ceux qui ont permis à ce projet d’exister, en premier lieu Dynam’hit Webradio, qui chapote le tout, la Baguetterie Marseille pour leur prêt de matériel et le Molotov pour leur acceil lors de nos évènements. Nous tournons une belle page et remettons ce projet à la future équipe qui, nous l’espérons, devrait le pousser et lui donner le rayonnement qu’il mérite.

Laisser un commentaire