Live Report : Sopico

In Live Report by Floris Oppenhuizen0 Comments

Alors que j’étais venu rendre visite à ma bien aimée sur la capitale, je me baladais dans les rues ensoleillées du deuxième arrondissement. Quand un visage, un style vestimentaire, ou une aura attira mon attention. En survêtement peau de pêche bordeaux, avec un style capillaire trop artistique pour appartenir à un jeune cadre dynamique random, je reconnais Ormaz.

Ormaz pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un Jeune rappeur du groupe Panama Bende. Je vous pose deux freestyles solo ci-dessous :

« Danse avec mon ombre » son premier freestyle solo balancé sur YouTube :

 

Je vous laisse apprécier l’évolution de l’artiste, voilà un de ses derniers freestyles en date :

À côté de lui casquette vissée sur la tête comme d’habitude j’ai cru voir Sopico.

Sopico est un rappeur montant de la scène parisienne, il a sorti son très bon album « yë »  l’an dernier. On le connait pour son rap chanté, ses interprétations voix guitare acoustique de toute beauté qui viennent élargir encore un peu plus la diversité de son rap.

Voilà un de ses premiers véritable succès il y a deux ans :

Je vous dépose ici son COLORS SHOW :

 

Et pour le plaisir de vos oreilles, un de ses unplugged  (versions acoustiques) :

 

J’ai beau l’avoir vu dans plein de clips, avec cette manie de porter des casquettes sur la moitié du visage, je n’étais pas sûr que ce soit bien lui. J’ai vérifié sur Google image et il n’y avait plus de place au doute, c’est bien lui.

Sur ce je décide d’aller à la rencontre de ce groupe pour les féliciter.

Moi : « Salut les gars, bravo j’aime beaucoup ce que vous faites !! Continuez comme ça vous me régalez »

Sopico et Ormaz en chœur :  « Oh merci mon gars ça nous touche surtout venant de toi ! Merci pour la force on va essayer de suivre »

Après cette échange classique de politesse, Sopico m’a expliqué qu’à 21h aura lieu un concert privé dans la boutique Reebok  en face de nous. Et c’est là que ça devient intéressant ! Il m’a proposé de le défier à des jeux sur des consoles à l’anciennes et si je le battais je gagnais une place pour son concert.

Quelques minutes plus tard on s’est retrouvé devant Super Smash Bros Melee sure Super 64, j’avais confiance en mon potentiel ayant ruiné ce jeu avec les bros sur la game cube ! Mais tant que les premiers coups n’étaient pas parti je jaugeais mon adversaire comme avant un combat à mort ! Je voulais cette place !

Quelques minutes plus tard après avoir tiré la langue sans m’en rendre compte, après avoir soufflé, stressé bien plus qu’avant un examen, pensé à celle que j’aime pour me donner du courage, invoqué les dieux du jeu. Je prends la gagne. Capitaine Falcon defeat Kirby !!

 

 

Time laps de 2h30 : (vous voulez savoir ce qu’il s’est passé pendant ces heures ?? ET BAH NON C’EST MA VIE PRIVÉE)

J’arrive dans la boutique, il y avait un bar à l’étage, toute la jeunesse stylée parisienne est présente. J’entends parler de stage chez Chanel, de court métrage, d’études de médecine et tout ça paré d’habits à la mode désordre organisé, chineurs de friperie le jour, qui tête sa cuillère en argent la nuit pour s’endormir. L’ambiance est cool détendu, les gens sont là pour kiffer. C’est très intimiste et Sopico s’adresse à la foule comme à des amis proches, ce soir on fait parti de son cercle restreint, le public dont il a besoin qui le soutiendra lors des gros concerts. Il nous demande de nous prendre dans les bras l’un de l’autre de faire des pogos, puis de nous ré-embrasser. Il interprète tout son répertoire à la guitare voix, il nous fait jumper comme des fous avec sa chanson Paradis ! Il n’y a rien à dire Sopico est à l’aise, chaleureux et émouvant. À la fin du concert il passera la soirée avec son public à échanger avec ses fans avec ceux qui le suivent souriant attentif et ouvert.

 

Merci à Sopico pour ce moment. Merci à Ormaz pour ce style qui m’a permis de les repérer. Merci à Reebok d’avoir organisé ça. Merci aux soirées de défonce à jouer à la game cube. Merci à la vie de mettre de bonnes surprises sur le chemin.

 

Maxime Ventadour

Laisser un commentaire