Superpoze, créateur d’imaginaires sonores

In Le Mag, Pép'hits by Julie Lab0 Comments

C’est lors de Marsatac, fin septembre 2013 à Marseille que nous avons (re)découvert Superpoze. Le jeune homme originaire de Caen fut selon nous une des plus belles révélations du festival. Nous avions face à nous un véritable artiste, vous savez, ceux qui prennent possession de vos émotions à travers leur art et leur présence scénique. Et ce jeune homme de 20 ans au visage d’ange a réussi à soulever avec lui son public dans les hautes sphères musicales grâce à son beat entraînant et à ses arrangements riches d’instrus. Du lourd.

Superpoze blanc

Superpoze mixe et compose, marie les genres en alliant hip hop et électro, instrus smooth et beats plus énergiques… ce qui s’explique surement par sa formation en percussion au conservatoire, et par son attirance pour le rap*.

Gabriel (c’est son prénom) a commencé par écrire des textes et à acheter du matériel pour enregistrer et composer sa musique, puis il décide de mettre les paroles de coté. Il venait de découvrir les labels Ninja Tune et Warp ! Superpoze remixe alors Woodkid, Goldwave, Beat Assaillant, Kim Novak, Puppetmastaz… Et plus récemment Rone. Ecoutez, c’est pas du copié/collé et ça vaut le détour :

Superpoze a d’abord sorti un album en 2010, Lost Cosmonaut. Sonorités hip hop, jazz et rythmes lents sont bien présents, mais sa musique n’est pas à la hauteur des compositions de ses EP suivants, même si pour son âge, il se débrouille quand même plutôt bien. Disponible en téléchargement gratuit, Lost Cosmonaut est sorti sur le netlabel Digital Pit (anciennement freezeec).

Et il y a un an, Superpoze sort son premier EP, From the Cold, puis Pavane en Mai, et enfin Jaguar il y a un mois. Alors que le premier et le dernier sont des EP personnels enregistrés sous le label Combien Mille (collectif dont Superpoze fait partie), Pavane est un EP de remixes de l’originale faite par Superpoze, sous le label Kitsuné. Ont participé au projet le (très) jeune musicien/chanteur et DJ Dream Koala (qui a eu la chance d’aller à la Boiler Room aux côté de Flume), Fakear (pote plutôt doué de Superpoze)  et le bordelais Dombrance.

A l’heure où les températures baissent, on vous laisse explorer From The Cold en entier, sans vous cacher que notre morceau préféré reste le premier, The Iceland Sound (voir le clip) :

Sa musique est un voyage sonore. Ecoutez Silver Head, de son dernier EP Jaguar : décollage immédiat. Car quand on écoute Superpoze, c’est un peu comme si on écoutait Rone (en moins bien quand même), Bonobo ou encore Mondkopf, parfois. On entend des histoires, on part dans une autre dimension. C’est beau, plutôt profond et ça fait du bien.

Et pour en écouter, savoir et voir davantage :

http://superpoze.tumblr.com/
http://superpoze.bandcamp.com/
https://soundcloud.com/superpoze
https://www.facebook.com/SuperpozeMusic
https://twitter.com/Superpoze

Laisser un commentaire