Samedi dernier nous étions avec le groupe de hip-hop français Chinese Man. Rencontre avec des enfants du pays qui ont bien grandi et qui reviennent avec leur label en tête d’affiche de la Fiesta des Suds. Humour et breaking news ont rythmé cette interview. Merci à eux d’avoir libéré du temps pour nous et nos confrères d’autres médias présents !

 

 Bonjour messieurs, ravi de faire cette interview avec vous. Première question, ce soir vous jouez en famille, quasiment tout votre label (Chinese Man Records) est présent, comment ça se gère, comment vous le vivez ?

Chinese Man : Oui presque tout le monde est là. Malheureusement Deluxe ne sont pas là car ils sont en tournée de leur côté mais oui on a amené quasiment tous les potes. On est content et assez fiers.

– Du coup vous nous réservez quelques surprises pour ce soir ?

Une multitude de surprises oui, des numéros acrobatiques, des gros lots à gagner, une tombola géante et pour finir la catapulte humaine. Qui n’a pas été faite à Marseille depuis le 18ème siècle ! Ça va faire très mal. Plus sérieusement plein de morceaux, quelques uns en exclu que nous sommes actuellement en train de préparer dans le cadre de notre futur projet. Et puis chacun a prévu des surprises et surtout pour la fin de soirée, qui est pour l’instant assez floue étant donné que ça va être un ping pong géant entre tous les Dj du label. Donc vous verrez, ça peut être très bien ou très mauvais (rires). On attend de voir. On prend des risques !

– On s’attendait à vous voir arriver en ninjas, à nous surprendre par derrière, mais en réalité vous êtes plutôt calmes ?

En fait là on est en civil et ce soir il faut s’attendre à quelque chose d’un peu particulier. On n’en dit pas plus, surprise !

 – Question un peu plus sérieuse, est-ce que votre label continue à dénicher des perles rares ? Est-ce que bientôt vous nous ferez découvrir un nouvel artiste ?

Là on a quand même pas mal de boulot. C’est pour ça qu’avec Chinese Man, le groupe on s’est mis en retrait pendant un an. On avait un énorme projet qui est Deluxe que nous devions lancer et ce style d’activité est un peu nouveau pour nous. Même si nous avons notre label depuis le début, c’est la première fois que nous le faisions pour un artiste qui n’était pas « nous ». Donc on a peu à peu appris à s’en occuper. Il y a aussi Taiwan Mc qui a fait un EP solo et qui commence à monter. Tous ces gens dont on assure le booking, c’est pas mal de boulot. On préfère bien gérer ces projets pour l’instant. Après nous restons focément à l’écoute de ce qu’il peut se faire mais on essaye de faire les choses à notre rythme. On voudrait pas brûler les étapes et griller toutes nos cartouches (rires).
Surtout que concrètement notre structure ne peut pas vraiment accueillir beaucoup plus d’artistes. Après voilà, si on a des coups de cœurs bien sûr qu’on est ouvert à toute proposition.

– Et vous du coup il n’y pas des labels qui vous courent après ?

Oui on a eu des propositions qu’on a refusées et maintenant le message est assez clair dans le sens où nous avons créé notre propre structure adaptée à nos propres besoins, en construisant nos projets étape par étape. Le but c’est d’être indépendants. Après peut être qu’un jour Chinese Man peut pour diverses raisons aller sur un label mais de toute façon on gardera toujours notre structure. Mais honnêtement pour le moment ce n’est pas d’actualité. On est très heureux comme on est.

– Ce soir vous jouez à Marseille, vous êtes d’ici, 2013 Capitale Européenne de la Culture vous en pensez quoi ?

Ils ont fait des fraises tagada officielles donc ça c’est assez cool ! (rires). On les a oubliées mais rien que pour ça, ça valait le coup. Nous, on n’a pas vraiment participé mais ça avait l’air bien. Comme tout le monde on a emmené nos parents au musée (rires).

– Est-ce qu’on vous avait demandé d’y participer ?

Non, pas du tout.

– Est-ce que vous auriez aimé y participer ?

En fait on s’était vraiment préparé à ne pas y participer donc cela ne nous a absolument pas étonné. Au final la Fiesta nous permet de fêter ça à notre manière. De toute façon d’une manière générale on s’en fout. Pour Chinese Man, nous ne rentrons pas dans ces débats. On a autre chose à faire et d’autres projets à mener donc on ne veut pas s’attarder là dessus.

– Donc pas d’avis sur Marseille Capitale de la culture européenne ?

Cela a amené au moins des trucs biens comme de nouveaux lieux, de nouvelles activités et des touristes c’est déjà ça. On trouve que l’idée est vachement bien, évidemment après dans la pratique c’est compliqué et peut être encore plus à Marseille qu’ailleurs et que cela n’est peut être pas devenu ce que cela aurait du être. Il y a eu plein de bons élans mais après les musiques actuelles et les artistes locaux n’ont pas été assez mis en avant. Et on trouve que c’est dommage de ne pas s’être plus appuyé sur ceux que la ville avait déjà.

– A propos des locaux, vous avez des coups de cœurs sur ce qu’il se fait en ce moment ?

Bien, il y a la Fine Équipe qui joue ce soir et il y a des similitudes dans les sons, les projets, etc… Il y a Under Control aussi. Mais on écoute peu de rap français donc ça limite pas mal. En général on écoute très peu de choses françaises.

– Du coup hier soir, pour IAM vous n’étiez pas là ? (voir notre interview d’IAM)

Si ! (à l’unisson). Parce que quand on était plus jeune on écoutait IAM. Après il y avait beaucoup de nouveaux morceaux que nous ne connaissions pas. On a beaucoup plus de mal avec le nouveau.

– Tournons-nous vers l’avenir à présent, quels sont vos projets pour 2014 ?

En fait, ce soir c’est une fête un peu spéciale pour nous car cela annonce notre année 2014. On va faire les 10 ans du label l’année prochaine. On a un nouveau projet. (Ils se regardent et se questionnent pour savoir s’ils en parlent). Bon, on travaille sur notre prochain album qui s’appelle Groove Session Vol. 3. De manière très originale ! Dessus il y aura tous les nouveaux projets des artistes du label. Et du coup, à cette occasion, on va faire un nouveau live, de nouvelles créations, etc… Et pendant un mois à partir du 25 avril on sera en co-plateau régulier avec Deluxe dans toute la France. Ça va être une année de célébration ! C’est reparti comme en 40 comme disaient nos grand-mères (rires). On revient avec un enthousiasme certain, pour fêter nos 10 ans d’indépendance.

– Vous partez sur un concert qui sera à chaque fois le même ou un renouveau constant ?

Il y aura une base commune mais il y aura des invités différents à chaque fois normalement. C’est un tout nouveau live, ça n’aura rien à voir avec ce que l’on va faire ce soir par exemple. Ce soir c’est un peu freestyle on se fait plaisir. Le bal masqué quoi ! (rires).

– Ce soir ça sera unique alors ?

Ah ça oui !

 

Merci à Chinese Man qui a libéré du temps pour nous et à la Fiesta des Suds.

Retrouvez le live report de la soirée de samedi dernier prochainement sur Dynam’hit !